18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 00:00

  la-dentelliere-pc200040

 

                                                                 ...O Jésus douceur de mon âme !!!!

 

 

Bonjour, petit frère, 


 J' ai souvenir, lorsque j' étais enfant, d' avoir vu,

sur les places des villages bretons,

de vieilles bigoudènes, dans leurs costumes folkloriques,

 Elles étaient vêtues de robes noires,

et de tabliers blancs brodés à la main...

Elles  s' asseyaient sur de vieilles chaises, plus vieilles qu'elles...

Elles avaient de larges tubes blancs amidonnés,

qui tenaient tout droit, au sommet de leurs crânes,

si bien maintenus que pas même un coup de vent

 ne les  soulevait.

  

Je me souviens encore de ces coiffes de dentelle magnifique

qui se terminaient par deux pans dans le dos...

aussi finement ciselés que la parure de leurs coiffes   

Je les vois encore en vous écrivant, assises là,

sur la place de l' église

et qui se gaussaient de nos tenues d' uniforme...

 Petites filles vêtues de jupes bleu marine

et de chemisiers blancs,

à petits plis monacaux, et sur nos têtes,

le béret au symbole de l' établissement scolaire...

Béret devenant difforme, à la longue...

même en n'en ayant soin !!!

Alors, les coiffes en dentelle

de ces demoiselles nous faisaient rêver...

On les surnommait " les hirondelles..."

  51062593 Untitled9

 

Allez donc savoir pourquoi...Pourtant, lorsque je songe à elles,

en ce soir de décembre où j' écris ce conte au brouillon,

je les revois, encore, ces bretonnes,

 en bonnes paysannes qu' elles étaient...

 

Elles avaient de bons visages ronds, souriants, 

 elles étaient là, seules, vieilles filles, ou veuves,

d'un âge certain déjà...

Mais un rien les amusait.

Pourtant, elles avaient dans les mains

un bobineau de fil blanc, un fin crochet, un coussin de velours qui se différenciait par la taille, puis des fuseaux ou des fuselettes fines,

 selon le dessin de l' ouvrage...

 

Elles étaient dentellières, excusez du peu,

métier disparu presque totalement aujourd' hui...

Et pourtant, elles travaillaient à une vitesse surprenante..

 Leurs fuselettes allaient et venaient avec la rapidité de l' éclair...

Pas un fil ne devait se nouer, 

pas une maille ne devait filer, ou se perdre,

pas une rangée ne devait sortir au-delà de la rangée suivante...

tout devait s' enchaîner rapidement...

Leurs ouvrages, sur leurs genoux, s' annonçaient légers,

aériens,

voile pour future mariée, ou pour coiffe de parade,

coiffe de dentelle pour la châtelaine du coin,

dentelle d' habillage pour la nappe de l' autel de l' église,

ou le surplis de Mr le curé...

Il fallait que le fil soit noué avec précaution,

que la maille ne file  pas, ou c'était l' ouvrage à refaire en  partie....

Elles ne regardaient ni le ciel, ni la mer...

Pas le temps de relever la tête...

et pourtant leurs beaux yeux bleus disaient l' avancée

de l' ouvrage entrepris en leurs mains...

 51062593 Untitled9

 

 L' une d' elles y avait laisser le bleuté de ses yeux,

L' une d' elles y avait laisser le bleuté de l' océan,

qui naguère, voguait en ses yeux... 

et pourtant son travail se devait d' être la perfection...

Il lui était confié le plus beau des ouvrages...

Confectionner la tunique qui revêtirait l' Enfant Jésus

 pour la crèche...

Alors, elle veillait à ne pas lâcher aucune maille...

Elle avait en main un fil d' or, à peine visible,

qui ne se voyait que lorsque le soleil se reflétait

de ses rayons ardents en l' or de ce fil... 

Elle travaillait rapidement...

Son fil d' or rehaussait le travail de ses compagnes...

Son visage se penchait avec ferveur sur la minutie de ce dessin..

elle ne pouvait se permettre aucune erreur.

Rien ne la détournait de la rapidité de ses doigts si fins,

là où le fil devait s'entrelacer,

elle tissait l' or au coeur de l' entrelac de broderie...

Elle était fine dentellière, et là encore, aucune maille ne devait

être perdue

autrement l' on défaisait une partie de l' ouvrage..

Perte de temps...

alors, de la finesse de sa vivacité,

de ses doigts minutieux, elle oeuvrait en silence,

le regard penché sur l' oeuvre  

qui prenait naissance sous ses mains...

Son fil d' or travaillait à la lumière de son coeur...

 

 A la Noël suivante, ce fût ce vêtement que l' on regarda.

L' on admira la finesse de ce point,

la symétrie de ce dessin,

 la douceur du fil de soie d' or et d' argent...

 

Mais vit-on les deux larmes qui perlèrent dans les yeux bleus

de l' Enfant Jésus, couché sur la paille ???

 

51062593 Untitled9 

Voilà le miracle en somme...

Ne croyez-vous pas que ces deux larmes

valent tous les trésors du monde ???

Pour le trésor unique du Ciel,

Deux iris se sont éteints

Pour devenir deux diamants étincelants

De la couleur de l' Amour des Cieux ???

 Voilà le miracle en somme,

C' est que là où est notre coeur, 

Quelle que soit l' oeuvre confiée,

Là aussi sera notre Trésor...

Et notre coeur, et notre trésor  

C'est l' Amour de Dieu en nos âmes...

 

 

Déo Gratias !!!

 

 

N' est-ce pas, petit frère ???

 

Marie-do

 

----------------------------------


En Jésus tout amour,

«  Les doigts d’ or sur l’ ouvrage de l’ amour »

Ce que je vais vous dire n’ est pas un conte, mais une réalité.
Il n’ y a pas longtemps, dans le temps, tout juste quelques jours…
 
Elle s’ asseyait à nos côtés en maniant les aiguilles et

tirant sur le fil d’ une pelote de laine.
Je l’ entendais compter et recompter les mailles
« Ah ! Il manque un point par ici ! »
Et la voilà qui détricote le rang déficitaire…
Tant pis pour lui, il n’ avait qu’ à s’ intégrer dans les mailles.

La laine était brillante comme les cheveux des anges
Elle vivait sous ces doigts qui lui donnaient un corps
Le dessin se forgeait sous ses yeux bleus éteints
Elle ne le voyait pas, mais sentait sous les doigts chaque point,

chaque maille et même la couleur.
Et puis, elle me tendait le mètre qu’ elle marquait de son doigt.
« Tu peux me dire les mesures qui s’ inscrivent ? »
Bien sur que je pouvais!
Je lui donnais le chiffre, elle me disait merci et cela repartait.
  Maille à l’ endroit, maille à l’ envers…
 Les aiguilles chantonnaient en cliquetant entre elles
Cela pendant des heures….
 

Parfois elle me disait :
« Peux-tu me lire ces versets du chapitre…. »
Pas difficile du tout !
Pas besoin de google,

puisqu’ elle me donnait les références exactes !
Alors, nous partions sur les chemins du ciel

la Parole dans nos âmes !!

Au bout d’un temps, inconnu de la montre

pourtant garante

du temps qui passe, 

l’ouvrage reprenait :
Maille à l’envers, maille à l’endroit…..
Au point que les aiguilles s’ entrechoquaient de joie
Mais put-il en être autrement à la fin de l’ ouvrage ?
Manquait un centimètre pour ajuster une manche
Alors elle repartait !
Détricota, retricota et rebâtit l’ ensemble ….
Maille à l’endroit, maille à l’ envers,

 l’ ouvrage se remettait

sur le métier des mains
 
Tricoter ou broder ?
Fils d’ or ou fils de laine ?
 Où est la différence ?
Ce qui compte avant tout

c’ est que les doigts agiles se gantent

de tendresse en construisant l’ amour

 

 

Daniel en Jésus Eucharistie

 

   ydxxa8zp 

            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 




 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Daniel et Marie-do marie-do
commenter cet article

commentaires

Xavier 18/12/2011 14:27

Daniel, dom,

il faudrait songer à éditer, oui vraiment!!!

MERCI MERCI MERCI pour ce temps où mon âme s'est retrouvée en Bretagne!!!

quels bienveillants écrits et quels contes qui nous donnent une leçon de vie à chaque fois...

A vous deux, merci

Xavier

Louis 18/12/2011 14:25

Que commenter aprés le témognage de Gonzague ???

Rien, Daniel, dom, rien si ce n'est relever la justesse de vos écrits...

que l'Esprit vous guide vers le Fils et le Père en toute plénitude d'Amour...

Louis

Gonzague 18/12/2011 14:22

Enfin, me voici de retour parmi vous moi aussi...

Daniel, dom, ne vous inquiétez de rien, je vais bien, et je marche quasi normalement...

Il y a encore de la fatigue et la réducation se fait doucement...
mais je serais sur pied complétement rétabli d'ici un mois...

A tous, merci de vos prières et merci Jésus, parce que la guérison est là elle aussi

Merci aussi à vous deux, Daniel, dom, qui êtes de fabuleux intermédiaires prés du seigneur, j'ai senti votre prière m'accompagner tout ce temps, et merci aussi à Alban qui a veillé sur moi...

aujourd'hui c'est lui qui est sur un lit, victime d'une sciatique...
mais il va se rétablir rés vite...

Merci à vous deux pour ces narrations qui nous rappellent aussi combien nous devons toujours être attentifs à la voix du Seigneur en nous, et à l'attente de sa Parole...

alors, vivons pleinement de son amour et lisons cette Parole de Vérité dont Il nous fait héritiers...

A tous, dans la joie et la paix,

Gonzague

Krysten 18/12/2011 14:14

Que de tendres descriptions faites là..
Daniel, et dom,

vous êtes de merveilleux auteurs au silence de Dieu et à son écoute...

toi, dom ne nous décrivant des dentellières, toi Daniel, en décrivant ce que dom faisait prés de vous..
et l'un et l'autre, en observant cela, vous avez dû aussi en apprendre beaucoup sur la Présence Réelle et aussi dé couvrir ce qu'était que vivre la Parole en tous instants !!!

vous avez oeuvrer en silence prés du Seigneur pour tous...

que cette semaine qui nous mène à la Nativité vous
adoucisse l'âme plus encore...

Soyez en son coeur

Krysten

Myryam 18/12/2011 14:09

Oh doux frère et douce soeur, quelle joie là encore de pouvoir méditer sur ces mots inspirés...de faits réels...
alors,

merci à tous deux, Daniel, dom, de vous laisser choyer ainsi par le Seigneur

Que le Père vous bénisse

Myryam

Adelyan 18/12/2011 13:27

Que c'est beau, oui, que c'est beau et bien amené !!!

Ne rien dire, juste se laisser habiter par ces deux narrations véritables qui nous donnent de vivre le silence tout en méditant et en travaillent de nos doigts

Daniel, dom, vous avez eu là une riche inspiration...
oui, merci,

Adélyan

Frère Antoine de Marie 18/12/2011 13:24

Eh bien , mon frère avait donc raison !!!

Je suis Jean-Luc, et je suis en religion le Frère Antoine de Marie et aussi le frère de Régis,

Voici un lieu de prières et de tendresse que je visiterais dés que possible, c'est à dire chaque jour...

Je en manquerais pas de revenir, cet endroit me plait parfaitement et les auteurs ont en eux toute la grâce du Seigneur, en son Esprit...
Un bonheur que de lire de telles prières à l'approche de Noël, ce cadeau du ciel tombe à pic en mon âme...
je cherchais un lieu qui soit au silence et donné au seigneur, je l'ai trouvé grâce à deux vrais missionnaires d'amour...

Dom, je suis heureux de t'avoir retrouvé là...
je vois que tu continues ta mission d' aimer plus que tout, cela ne te change guère d'autrefois où lorsque petit garçon nous allions ensemble à la messe...
merci pour tout ce que tu m'as offert, à mes deux frères te à moi, puis à Aurélie...

Daniel, je ne vous connais pas, mais comme le dit mon frère, vous allez être aussi un père de coeur...
et prés de vous, je crois que j'en découvrirais beaucoup de Jésus, alors, si vous m désirez parmi vous, ce serait avec joie que je reviendrais...

Soyez bénis, et Daniel, bénissez ceux qui vous entourent...

En Jésus toute Vie et toute Lumière,

Antoine

Orhion 18/12/2011 13:14

Voici là encore deux récits Daniel, dom,
qui ont une base véridique..

Ils ne sont ni poèmes, ni contes, mais deux histoires relatées et certaines qui amènent là à la contemplation..

Prier et oeuvrer,

savoir se garder de touts bavardages inutiles pour conduire l'âme à l'Essentiel,

connaitre, deviner que la Parole peut habiter l'âme en tous, temps, Daniel, tu nous le dévoiles en ce récit qui concerne dom...
alors occupons nos mains te nos esprits pour ne pas être tentés par de vilaines pensées...que le Seigneur nous conduise à cette sagesse de la Présence douce de Jésus en toutes choses..

En Jésus, tout amour,

Orhion

Patricia 18/12/2011 10:07

Daniel, dom, vous me réjouissez de plus en plus !!!
je cris que vous allez faire un tabac avec ces deux écrits,

parti comme c'est parti là...

de plus, j'avais une grand-tante qui était dentellière en Auvergne, et qui effectivement a terminé sa vie en y voyant pratiquement plus, parce que ses yeux se fatiguaient à fixer la fine
dentelle...
ne pas perdre de temps...

alors, je connais ce que tu nous narres là, dom, comme toujours..tu y mets beaucoup de tendresse et le décor est bien planté !!!

villages bretons ou auvergnats, c'est du même, tu le sais....

Quant à toi Daniel, tu nous dis que dom sait s'occuper en touts temps, et tu as raison, je l'ai rarement vu inoccupée..à notre époque, nos mamans n'aimaient pas nous voir sans rien faire..nous en
avons gardé cela..le goût de l'oeuvre bien accomplie

C'est elle qui a cousu et perlé la robe de marièe de ma cousine..et qui a créée la robe de baptême de ma petite nièce.... et cela c'était il y a un an tout juste...


alors, oui, à vous deux, merci en Jésus nous rappeller ces souvenirs...
et combien, en toutes choses, nous devons servir...

cela est une joie

Patricia

Thomas 18/12/2011 10:00

Oh Daniel, dom, quels auteurs vous faites !!!

Quelles merveilles que ces deux histoires laissées ici à notre attention...
basées sur des réalités quotidiennes, elles nous offrent,

Daniel, dom de vivre au delà de toutes choses la minutie de travaux accomplis dans l' amour et la tendresse...
les mains en action nous montreent aussi que l'uvrage avance et que celui-ci se fit par amour...
comment toutes choses que nous accomplissons lorsque notre coeur se donne à l'oraison..

voilà, comment, Daniel, dom, nous est donné de vivre la volonté du Père, dans les toutes petites comme dans les grandes choses...

ces narrations ont une réalité certaine, n'en doutons pas, elles ont été vécues observées dans l' amour et la tendresse...

alors, merci à vous deux...

Thomas

Raphaëllle 18/12/2011 09:54

Daniel, dom, et tous,

me voici de rtour aprés avoir subi une intervention chirurgicale.
Je me remets doucement, et je viens de nouveau vous lire...
quelle joie là encore de vous retrouver !! puis quelles vérités écrites là !!!

ces narrations nous soumettent là aussi à la réflexion, cela nous montre que malgré le handicap, l'on doit accomplir la volonté du Seigneur, que le travail doit se faire avec attention pour servir
et par amour...

qu'en cette dernière semaine de l'Avent nous soyons plus minutieux pour accomplir la tâche confiée...

sachons être à l'écoute aussi au silence de cette aproche de Jésus...

A tous, dans la joie des retrouvailles et la paix,

Raphaëlle

Yameh 18/12/2011 09:41

Daniel, dom,

Laissons le silence là encore nous montrer combien est précieuse toute oeuvre donnée et confiée par le Seigneur..

vivre en accomplissant la douce volonté du Seigneur ,

c'est aussi offrir notre coeur à l' amour, puisque son trésor à jamais immuable,

c'est l'AMOUR en tout...

Que le Seigneur en ce dernier dimanche d el'Avent vous bénisse tous...

Yameh

R-M 18/12/2011 08:07

Voilà un merveilleux " conte "basé sur une réalité...

Et je crois qu'il n'est pas nécessaire d'ajouter autre chose...
Daniel et toi nous avaientt ocnviés à une part réélle de la vie..

tout travail confié doit se faire dans la minutie..

voilà la " leçon en somme" et comme tu le dis, Dom, le miracle en somme,

c'est que là où est notre trésor, là aussi sera notre coeur...
et là, c' est le plus cadeau que l'on puisse accomplir et orffrir au Seigneur

accomplir sa volonté...
tout dans ces deux réalités contées là, ce matin, s'abîment, là sous nos yeux dans le travail quotidien...

Alors veillons à ce que Jésus soit ontenté et verse de slamres de bonheur de se savoir ainsi aimé, même dans le splus petites choses qu'Il nous demende... ...

et toi, Daniel, ce que tu raconts de l'ouvrage d eDom ne me surprend..le jour où elle restera à ne rien faire n'eszt pas encore levé...
merci de nous narrer aussi cela..

R-M

Jacques 18/12/2011 07:48

Oh Daniel, dom,

voici des contes qui ont un réalité tellement ils nous ménent à la réflexion de la fête de Noël qui approche est sera là trés vite..


ces dentellières, j'en ai connu une qui ainsi chaque jour s'installait et commençait son ouvrage...
lle marmonait, je pense d sprières à tous leq saints de la terre...
et son ouvrage avançait aussi sous ses doigts agiles...
alors, cette histoire narrée là me ramén à des souvenirs d' enfant ...

mais Daniel, je vois que dom n'est pas resté oisive et que son activité a été aussi un enseignement pour toi et tous..

comme toujours, vous savez tirer parti du moindre événement..

alors, oui, comme le dit Bernadette, merci pour ces contes, qui ont une vertu de sagesse et une perception des gens et des choses de la vie, qui demeurent à jamais gravées...

plus encore lorsque l'oeuvre sert à d'autres et sert l'Amour en silence

que cette semaine conduisant à Noël vous comble de la présence de Jésus enfant.

Jacques

Bernadette 18/12/2011 07:30

Merci pour ces "contes de Noël"…qu'elle imagination…

Merci de nous mener a ce grand jour , a cette fête …

Je sais que tu n'aimes pas beaucoup ce jour…pas pour la naissance , mais pour ce qui gravite au tour !!!

Peut être que ton rêve se réalisera ???

Un Noël en famille au tour du sapin ???

Hélas nous nous sommes trop loin …on voulait que tu reste …!!!tu étais avec nous pour ton anniversaire …le 12 décembre !!!



Bonne journée , Que le Seigneur vous bénisse et la Sainte Vierge
Bernadette

Marie-do 18/12/2011 00:21

Petit frère,

Vois ces textes qui s'installent ici ce matin :

" La dentellière au fil d'or...."

En toute affection fraternelle et spirituelle,
En union de prières,
Ton petit frère
Daniel,
Ta petite soeur,
Marie-do

Présentation

  • : parle-seigneur- ton-serviteur -ecoute.over-blog.com
  •  parle-seigneur- ton-serviteur -ecoute.over-blog.com
  • : Ce lieu de prière et de méditation de la Parole et du partage spirituel, dans la joie profonde de l'Eucharistie et de la Sainte Trinité...se désire ouvert à tous, dans le respect de l'amour universel... Etre là, pour s'abandonner à Dieu, dans Son Amour et sa Joie, pour aller à la Rencontre de l'Amour...
  • Contact

Texte Libre

bougie 44[1]